Avec Vattenfall, la Suéde fait son entrée sur le marché de l’énergie

On n’en n’avait jamais entendu parler, pourtant, on le voit sur tous les écrans et depuis quelques jours… Il, c’est le suédois Vattenfall qui vient de faire une entrée remarquée sur le marché français de l’énergie pour les particuliers. Un nouvel acteur dans l’hexagone, mais pas en Europe. En réalité, Vattenfall est détenu à 100% par… l’État Suédois ! Déjà implanté dans sept pays européen (Suède, Allemagne, Pays Bas, Danemark, Royaume Uni, Finlande et donc désormais en France), Vattenfall est l’équivalent de l’EDF suédois, premier producteur et fournisseur d’énergie dans ce pays scandinave depuis plus d’un siècle.

Vattenfall était en fait déjà présent en France depuis l’année 2000, sur le marché professionnel et pèse, selon des sources interne, environ 5% du marché pro en France.

Se placer dans le Top 5 français

Cet opérateur historique du nord de l’Europe compte plus de 10 millions de clients en Europe et ambitionne d’en conquérir plus de 500 000 en France dans les cinq prochaines années et devenir ainsi, selon son PDG français, « l’un des 5 principaux fournisseurs d’énergie dans l’Hexagone ». Il ne produit actuellement pas encore d’électricité en France, mais pourrait devenir producteur dans les prochaines années via notamment, l’installation d’éoliennes dans le nord du territoire.

Un tarif 12% moins cher et une électricité neutre en carbone

L’opérateur Suédois souhaite se donner les moyens de son ambition et propose d’ores et déjà un tarif attractif, 12% moins cher que celui proposé par EDF. Une réduction qui s’applique sur le prix du kWh, mais pas sur l’abonnement qui reste quoi qu’il arrive identique à celui du fournisseur français historique. Cette réduction garantie s’applique donc en fait sur environ 1/3 de la facture globale payée par le consommateur.

Vattenfall soigne par ailleurs son image écolo-nordique en valorisant son offre de « neutre en carbone ». Une électricité produite à partir de sources peu émettrices de CO2 comme l’hydraulique, l’éolien ou le solaire. L’électricité de provenant pas de « sources propres » est compensée par l’achat de « garanties d’origine renouvelable », un mécanisme permettant de financer la production d’un volume d’électricité renouvelable équivalent au volume vendu en France.

Ce nouvel acteur suédois de l’électricité grand public promet ainsi « une vie sans carbone dans une génération »…