Energie, Environnement, ce qui change au 1er juillet !

Le 1erjuillet évoque l’été, le soleil, les vacances… Le 1erjuillet est aussi chaque année marqué par un certain nombre de changements pour les Français. Et contrairement à ce que l’on pourrait attendre à l’approche des beaux jours, ce ne sont pas toujours de bonnes nouvelles ! Et côté nouvelles, on peut affirmer que ce 1erjuillet 2018 est particulièrement un bon cru !

Les tarifs réglementés du gaz en augmentation de 7,45%

Un bon cru en effet. A commencer par les tarifs de l’énergie et du gaz en particulier. Les clients du groupe Engie et des fournisseurs alternatifs ayant opté pour les tarifs réglementés, ou indexés sur ces tarifs réglementés, voient leur facture de gaz s’envoler de 7,45% en moyenne à partir depuis ce 1erjuillet. Le gouvernement justifie cette augmentation par une augmentation des coûts du marché. Ceux qui ont souscrit à des offres fixes chez Engie ou ailleurs, ne sont donc pas touchés par ces hausses tarifaires qui devraient représenter en moyenne 8 euros par mois (92€ par an).

Le CITE modifié : des équipements à l’avenir non éligibles

Le crédit d’impôt Transition énergétique permet aux particuliers de bénéficier de réductions fiscales lorsqu’ils améliorent la performance énergétique de leur logement. Ce CITE évolue au 1erjuillet en excluant certains équipements dont l’installation ne permet plus de bénéficier du crédit d’impôt.

A commencer par les chaudières à haute performance énergétique, utilisant le fioul comme source d’énergie. Les moins performantes avaient déjà été exclues du dispositif depuis le 1erjuillet dernier. Fini aussi l’application du CITE pour les fenêtres lorsqu’il s’agit de remplacer des fenêtres à simple vitrage.

Réduction de la vitesse sur le réseau secondaire !

Parmi les mesures de ce 1erjuillet 2018, figure aussi l’emblématique baisse de la limitation de la vitesse à 80 Km/h sur les routes secondaires au lieu de 90 km/h. Une mesure contestée par de nombreuses associations d’automobilistes et qui crée la polémique chez certains acteurs de la vie politique. Cette mesure, qui s’applique aux routes à double sens sans séparateur central, concerne environ 40% du réseau routier français.

Au-delà des vies potentiellement épargnées, l’application de ce décret pourrait avoir un certain impact sur la consommation de carburant des automobilistes et donc sur l’environnement. Pour Bison Fûté, cette baisse de 10km/h pourrait entrainer une réduction de 15% de la consommation de carburant. Soit sur 500 kilomètres une économie de 3 à 5 litres. Selon certains calculs, cela pourrait représenter une économie de près de 250€ par an pour un foyer…

A moins que cette somme ne serve à régler les amendes générées par la mesure…