Enfin une stabilisation des émissions de gaz à effet de serre liées à l’énergie !

D’après une toute récente conclusion de l’Agence Internationale de l’énergie (AIE), notre planète aurait finalement stabilisé ses émissions de dioxyde de carbone du secteur énergétique en 2019 ! Soit 33 gigatonnes, nombre similaire à celui de l’année précédente.  

 

A quoi doit-on cette stabilisation des émissions ?

Selon l’AIE, plusieurs éléments en sont responsables dans les pays développés. A commencer par le développement des énergies renouvelables, principalement l’éolien et le solaire. Pour la première fois, le gaz naturel a produit plus d’énergie que le charbon. L’agence cite aussi :

  • l’augmentation de la production issue du nucléaire,
  • un ralentissement de la croissance économique dans certains marchés émergents, à l’instar de l’Inde,
  • un adoucissement de la météo, comme facteur principaux de cette stabilisation.

Ce sont les Etats-Unis qui ont enregistré la baisse la plus flagrante, avec un recul de 2,9%. Cela équivaut à 140 millions de tonnes de CO2 en moins. Pour l’Union Européenne, les émissions ont reculé de 5%, soit 160 millions de tonnes, et en ce qui concerne le Japon, on constate un recul de 4% après le récent démarrage de réacteurs nucléaires. Selon ses estimations en date du mardi 11 février, ce sont les pays moins développés qui ont plus de mal à suivre, la hausse concernant le reste du monde équivaut à 400 millions de tonnes. On observe en effet une particulière augmentation des émissions en Asie, due à ses centrales à charbon.

 

Vers le début d’un déclin des émissions de CO2 ?

Le directeur exécutif de l’Agence Internationale de l’Energie Fatih Birol, a déclaré : « Nous avons les technologies nécessaires pour y parvenir, nous devons toutes les utiliser. » mais précise : « Nous devons à présent travailler dur pour nous assurer que 2019 reste un pic définitif dans les émissions de CO2 et pas seulement une pause dans leur croissance. »

 

C’est après deux années de hausse qu’on arrive enfin a un tel résultat, et ce malgré une croissance économique mondiale importante de 2,9%. Cette stabilisation des émissions de CO2 dans le monde est donc une bonne nouvelle en ce début d’année 2020, faut-il encore qu’elle perdure…