Le partage de comptes, une pratique coûteuse pour les plateformes de streaming

Le manque à gagner induit par le partage des codes

Netflix, Amazon Prime, Apple TV et bientôt Disney+… voilà de quoi donner le tournis aux amateurs de vidéos à la demande ! Et c’est sans compter sur les abonnements très prisés qui proposent de la musique en streaming ou encore des jeux vidéo. Résultat, les utilisateurs n’hésitent pas à utiliser le partage de comptes pour faire quelques économies. Et ce boom des abonnements a un revers pour les plateformes de SVOD : des milliards de manque à gagner ! Détails.

 

Plus de 9 milliards de dollars dilués dans le partage de comptes

C’est la somme que le partage de comptes coûte chaque année aux géants du streaming vidéo, à savoir Netflix, Amazon, HBO et Hulu. A noter toutefois, Parks Associates, le cabinet d’études américain qui a évalué cet énorme manque à gagner, précise toutefois que le chiffre inclut les cas de piratage et la vente illégale d’identifiants personnels.

L’Hexagone n’est pas en reste puisque Médiamétrie estimait à l’automne dernier que 9 Français sur 10 faisaient profiter leur entourage de leurs codes personnels. Avec une préférence pour le cercle familial qui représente 84% de cas.

Mais l’astuce dépasse ce cadre restreint. Selon une autre étude menée par Hub Entertainment Research, le phénomène est plus flagrant chez les jeunes utilisateurs. En effet, les 13-24 ans sont 64% à affirmer qu’ils ont déjà communiqué leur mot de passe à une personne qui ne vit pas avec eux. Le chiffre tombe à 16% pour les 35 ans et plus.

 

L’avenir du partage de comptes

La situation pourrait bien empirer selon l’enquête de Parks Associates. Le manque à gagner induit par le partage des comptes pourrait en effet dépasser les 12 milliards de dollars d’ici à 2024. Difficile pour les plateformes de SVOD de trouver la solution idéale…

Paradoxalement, comme le relevait Médiamétrie, le phénomène du partage de comptes générerait aussi de nouveaux abonnements. Le slogan préféré des bonimenteurs « l’essayer c’est l’adopter » semble ainsi se vérifier, notamment pour Netflix. Un utilisateur qui a pris l’habitude de visionner les programmes de la plateforme star aura forcément tendance à s’abonner s’il est privé de ses codes partagés. C’est probablement la raison pour laquelle les acteurs du secteur entendent cibler le piratage de comptes et les mots de passe vendus illégalement pour lutter contre ce manque à gagner manifeste.